Accueil > Les instances : vous défendre > Montpellier > D48. CDEN du 13 novembre : riches échanges avec les collectivités (...)

D48. CDEN du 13 novembre : riches échanges avec les collectivités territoriales

Article publié le samedi 14 novembre 2020
  • Version imprimable

Le CDEN de rentrée s’est tenu vendredi 13 novembre. Hormis le bilan sur la rentrée, les problèmes soulevés par la mise en place du protocole sanitaire ont pu être abordés avec à la fois les collectivités territoriales (département et région), la représentante de la préfète et le DASEN.

 

- Le DASEN informe les membres du CDEN que deux lycées réfléchissent à un protocole pour permettre l’allègement des effectifs. Ceci doit être fait en faisant confiance aux équipes, dans le but de laisser ouverts les établissements. Les lycées ont cette possiblité car les lycéens sont plus autonomes que des élèves plus jeunes.

 

Commentaire UNSA-Education : cette confiance faite aux équipes semble toute relative puisque les plans de continuité doivent être validés par le rectorat. Il faut que les personnels soient entendus sur ce qui est faisable ou pas.

La situation de certains collèges mérite également de mettre en oeuvre des adaptations. En effet, pour des raisons différentes (nombre d’élèves, locaux, manque de personnels...) il est aujourd’hui difficile pour certains établissements de mettre en oeuvre le respect des mesures sanitaires préconisées. Lire l’article

 

- La vice-présidente de région salue les efforts et le pragmatisme
des personnels de l’Education Nationale. Localement, tout est mis en
oeuvre par la région. La présidente de région a demandé au ministre
qu’une demi-journée de suspension des cours soit accordée pour préparer
les nouvelles modalités. Les proviseurs ont fait remonter des demandes
de renfort. A ce jour, l’ensemble des demandes ont été acceptées : le
recrutement est en cours, avec quelques difficultés pour les postes à
compétences spécifiques (comme chef de cuisine).

En ce qui concerne la campagne de dépistage des adultes au contact
des lycéens, c’est l’ARS qui fera les tests. Mais pour le moment rien
n’est arrêté entre le rectorat et la région. Au final, c’est l’ARS qui
décidera des modalités, peut-être avec des camions devant les lycées.

La région fournit deux masques tissus par mois pour chaque élève, en plus de Lordi.

Dans les cantines des trois lycées, le protocole est mis en place, un
recrutement de personnels supplémentaires est en cours pour aider à
l’organisation du lavage des mains, entre autre. Les recrutements
actuels sont faits en priorité pour remplacer des personnels en arrêt.
Tous ces recrutements se font en CDD (environ 4000 candidatures à ce
jour).

En ce qui concerne les transports scolaires, la préfète a demandé que
les élèves soient masqués à l’entrée, à l’intérieur et à la sortie des
cars, ainsi qu’aux arrêts de bus. De la sortie le matin de chez eux à
leur retour, les élèves doivent rester masqués, dès 6ans. Ceci est de la
compétence de la région.

 

- La représentante du Conseil Départemental précise qu’ils ont
beaucoup de difficultés à recruter des personnels supplémentaires pour
les remplacements. Mais pour l’instant, ils n’ont pas eu de demandes des
collèges.

Même constat au niveau des communes.

Commentaire UNSA-Education : demande s’il sera fait recours à des entreprises privées. Région et Département répondent que pour l’instant ils ne le font pas.

 

- En l’absence de représentants des Maires, il est regrettable que
nous ne pouvions aborder le manque de remplaçant des ATSEM qui met en
grande difficulté certaines écoles.

Commentaire UNSA-Education
 : en plus des recrutements attendus par les équipes des personnels
territoriaux, il est urgent que le ministère mette en place un
recrutement massif de personnels : en faisant appel aux listes
complémentaires des concours, en réembauchant les contractuels qui ne
sont pas encore sur des remplacements, en recrutant des AED pour le 2n
degré comme pour le 1er, ce qui est statutairement possible.

 

- Parents Réfractaires au port du masque
par les élèves de 6 ans et plus : Le DASEN réaffirme qu’il ne doit pas y
avoir d’élèves sans masque dans les écoles : soit l’enfant met un
masque, soit les parents fournissent un certificat médical. Si le parent
n’accepte pas, il garde son enfant chez lui. En attendant la validation
du certificat médical, l’enfant est accueilli en classe mais à
distance. Si l’enfant arrive seul à l’école, on lui propose de mettre un
masque, on l’isole et on appelle ses parents.

Le DASEN rappelle que les parents doivent se conformer aux règles de la République.

L’IEN précise qu’une petite dizaine de certificats médicaux ont été
reçus et sont à l’étude, et qu’une petite dizaine d’enfants sont chez
eux. Il constate aussi que les familles souhaitant faire l’instruction à
domicile sont en train de faire marche arrière. Toutefois, cela a un
impact sur les quelques écoles concernées.

Commentaire UNSA-Education : toute les salles ne permettent pas la mise à distance d’un élève. Ceci est aussi difficile lors des déplacements, de la récréation.

Consigne syndicale : en plus du refus d’accès à l’école/établissement, nous vous
conseillons de renvoyer les parents vers les autorités académiques et d’alerter l’IA-Dasen à l’aide d’un courrier.

Nous vous conseillons aussi de solliciter la protection fonctionnalle dès lors que des familles refuseraient d’obtempérer à la demande de port du masque, profèreraient des insultes, ou menaceraient les personnels d’entreprendre des poursuites à leur encontre.

 

Taux de réussite examens

DNB : 97,4% (académie : 93,4%)

Bac Général : 98,6% (académie : 96,9%)

Bac Techno : 99,4% (académie : 96,4%)

Bac Pro : 96,3% (académie : 93%)

 

Instruction à domicile

110 élèves sont concernés (71 en fin d’année scolaire précédente) :

41 dans le 1er degré (dont 89,47% ont été contrôlés)

30 dans le 2nd degré (dont seulement 48% ont été contrôlés)

Ce qui représente : 0,60% des élèves du département (0,64% dans le 1er degré ; 0,55% dans le 2nd degré)

 

Quelques chiffres

- Dans le 1nd degré : entre 2 à 3% d’élèves en moins

Il y a une forte scolarisation des 3 ans : 150 à la rentrée, on devrait arriver à 237 en fin d’année.

- Dans les collèges : à peu près stable depuis 2016.

- Les demandes de dérogations sont en baisse mais 97% sont satisfaites.

- Dans les lycées, après avoir été à la hausse, les effectifs
baissent régulièrement depuis 5 ans. Cette baisse est forte dans les
lycées privés, alors que les effectifs augmentent dans les lycées
publics, grâce à une forte demande d’entrée en 2nde GT par les familles.
Le Post-bac reste stable.

Sur les 11 classes de 2nde GT (dans le public), il y a en moyenne 34 élèves par classe (le taux maximum est à 35).

 

Bilan Covid

12 élèves postifs dans le 1er degré depuis la rentrée.

37 élèves dans les collèges.

44 élèves dans les lycées.

39 personnels tout niveau confondu, dans le public et dans le privé.

Commentaire UNSA-Education : en plus des personnels "vulnérables", nous demandons à ce que les personnels en contact avec une personne vulnérable dans leur famille puissent aussi avoir droit aux masques de type 2.

 

bilan des remplacements dans les écoles

Actuellement, il y a 9,75 ETP de TR disponible.

Les TR représentent 10,13% des emplois. Mais depuis 2 ans, on
constate un cumul de congé long (maternité, etc.) et de congé court.

Journées non remplacées

septembre : 300 journées, dont 45 non remplacées

octobre : 247 journée, dont 77 non remplacées

Ecoles concernées : 42, dont 28 pour 2 jours d’absence

Commentaire UNSA-Education : après avoir déposé une alerte sociale, le SE-UNSA a été reçu par le DASEN le mardi 10 novembre. Il a été abordé la préparation de la future carte scolaire : des propositions ont été faites au DASEN pour améliorer le remplacement, mais aussi le problème des décharges de direction des petites écoles.

 

 

Documents joints



 
 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP